Introduction générale à cette action …
Posté le 02/04/2020

Mesdames, Messieurs,

 

Nul besoin de vous rappeler que nous sommes actuellement confrontés à une grave crise sanitaire, crise qui nous impose à tout un chacun de modifier nos modes de vie, de travail, de consommation, etc. Utiles et nécessaires, ces restrictions nous amènent à être confinés au sein de nos domiciles respectifs (pour celles et ceux qui ont la chance d’en avoir un !). Enfin, exception faite de certains professionnels, parmi lesquels on retrouve les professionnels de la santé, les brancardiers, les ambulanciers, les postiers, les commerçants de première nécessité, les éboueurs, et bien d’autres qui demeurent actifs sur le terrain, qui permettent à la vie de continuer et qui sauvent des vies. A eux tous, il nous parait logique et nécessaire de dire merci !

 

Cette situation de confinement, nous la vivons toutes et tous mais nous souhaitons, via ce message, focaliser notre attention sur la situation toute singulière des maisons de repos. Pour rappel, ce secteur est le premier à avoir été concerné par les mesures de confinement : dès le 10 mars, les visites de proches et les retours à domicile ont été interdits pour les résidents. Cette privation de contacts physiques et de visites (dont nous ne remettons pas du tout ici en doute la nécessité) s’inscrit dans un souci de protection d’une population pour qui le virus représente un risque sanitaire et même vital particulièrement important. Toutefois, cet isolement et les mesures, de plus en plus fortes et médicalisées qui lui sont associées (gants, masques, distances de sécurité entre résidents et entre les résidents et les professionnels, arrêt des activités habituelles, etc.), doivent amener beaucoup de vigilance par rapport au risque d’isolement et de solitude chez les résidents. Cette vigilance est d’autant plus nécessaire que la population des adultes âgés est déjà, en soi, une population à risque d’isolement social et de solitude.

 

Si les résidents sont bien sûr les plus affectés par le confinement (leur chez soi étant la maison de repos), il nous parait absolument nécessaire de considérer aussi la situation des directeurs, cadres, employés, bref de tous les professionnels, de la santé ou non, travaillant en maison de repos. En effet, il leur incombe actuellement de travailler dans une situation inédite de gestion de crise sanitaire, gestion pour laquelle, contrairement aux services d’urgence, ils sont, pour la plupart, peu préparés. Les retours qui nous parviennent actuellement du terrain témoignent avant tout d’une forte solidarité au sein des équipes (« on se serre les coudes ») et d’un dévouement certain mais aussi, et c’est tout à fait légitime, d’une charge émotionnelle et physique importante. Certains professionnels, tout comme certains résidents ont, quelles que soient les mesures de précautions appliquées, peur de contaminer et d’être contaminés. Les résidents craignent pour eux-mêmes mais aussi (et parfois plus encore) pour leurs proches : ils ont donc besoin de savoir comment ceux-ci se portent.

 

Bien conscients du fait que cette situation n’est simple à gérer, ni pour les résidents, ni pour leurs proches, ni pour les professionnels, une série de psychologues spécialisés dans le vieillissement souhaitent humblement venir en aide, de manière bénévole, au secteur. Concrètement, divers champs d’action sont en train de se développer et de se structurer (voir les autres onglets sur cette page):

  1. Création et mise à disposition pour les structures d’un outil de dépistage du niveau de solitude ressenti par les résidents et de leur moral. Cet outil ne remplace aucunement l’expertise clinique des professionnels ni leur connaissance des résidents. Bref et facile d’utilisation, il doit être vu comme un support pour le professionnel afin de (1) favoriser “l’ouverture de la parole” en permettant via cet outil au résident d’exprimer directement son ressenti, et (2) identifier des résidents « à risque » de détresse psychologique, ceci en vue de leur permettre la mise en place rapide d’une action de soutien à leur égard.
  2. Création et mise à disposition d’un guide de recommandations par rapport à la question du « comment favoriser le maintien des liens entre les résidents en maison de repos et leurs proches ? ». Élaboré sur base de nos connaissances scientifiques et cliniques, ce guide se veut volontairement bref et pratique. Il se compose (1) d’un document, en version pdf, décrivant brièvement différentes initiatives et dispositifs et (2) d’un descriptif des avantages vs inconvénients de chacune des initiatives proposées. Ce guide, nous le souhaitons évolutif dans le sens où nous espérons pouvoir l’enrichir d’exemples concrets d’initiatives ou de dispositifs mis en place au sein de maisons de repos.
  3. Mise en place de plages horaires de consultations de soutien psychologique aux résidents qui en auraient exprimé le besoin et pour lequel une réponse en interne n’a pas pu être trouvée.
  4. Informations sur les possibilités de soutien psychologique à destination des directions et professionnels des maisons de repos et de soin (valable également pour le secteur du handicap). A noter que nous pouvons également mettre en place de plages horaires de disponibilité téléphonique pour les directions et équipes souhaitant discuter de la gestion de situations problématiques générées par la crise sanitaire actuelle.
  5. Recensement des initiatives et informations à différents niveaux qui peuvent être utiles pour les différents acteurs des maisons de repos, mais aussi pour le secteur du handicap.

 

Aussi, si vous êtes impliqués dans le secteur des maisons de repos, que ce soit en tant que directeur, travailleur, bénévole, ou famille, n’hésitez pas à diffuser ce message. N’hésitez pas non plus à nous transmettre et à nous présenter, au travers d’exemples réels et concrets, toute initiative que vous auriez mise en place sur le terrain en vue de favoriser le maintien famille – proches. Nous la relayerons et elle pourra servir à d’autres. Plus largement, n’hésitez pas à nous faire part de vos difficultés et de tout type d’aide ou de soutien qui vous semblerait utile à mettre en place. Pour tous ces éléments, contactez-nous via à l’adresse upsysen@ulg.ac.be

 

En résumé, nous sommes conscients que l’initiative pourrait paraître triviale. Peut-être que peu d’acteurs du secteur utiliseront ces outils, notamment car ils ne répondent pas aux besoins et priorités actuelles de certains. Cela dépend notamment de la situation singulière de chaque structure (présence ou non du COVID-19 en son sein, nombre de résidents contaminés, sous-encadrement car nombreux professionnels malades, etc.). Quoi qu’il en soit, nous espérons déjà que la simple existence de cette initiative (et de toutes les autres) permettra aux résidents, professionnels, proches, et autorités de savoir que nous pensons à eux et les soutenons dans ce contexte bien difficile pour tous les acteurs du secteur.

Collaborateurs associés :