Canulars académiques

Depuis «l’affaire Sokal» en 1996, la publication d’un faux énorme dans une revue, afin de dénoncer le manque de sérieux d’un courant ou d’un auteur, est devenue fréquente. Dernière victime en date : le philosophe Alain Badiou. Plusieurs auteurs de canulars plaident ici pour ce mode transgressif. Afin de lire l’entièreté de l’article, cliquez-ici.